Philippe Noiret au paradiso du Cinema

Publié le par Ivannoui

Philippe Noiret est mort...je voulais faire une liste de ses films, faire dans l'officiel comme sur TF1...genre documents réchauffés, préparés 20 ans avant la mort de l'acteur...une mosaique rapide et artificielle de toute une vie...alors, comme il y a des pros pour ça, Paris Match va nous faire surement une belle une la semaine prochaine avec sa vie, son oeuvre , ses secrets, ses photos NB...

alors, je vais parler en désordre de ce qui m'a marqué dans sa filmo, dans son personnage....j'avais eu la chance de le voir au Théatre dans "les cotelettes", sa présence, sa voix, son métier m'avaient bien entendu subjugué...m'étais dit qu'etre acteur à ce niveau c'était bien evidemment etre un createur, comme un artiste peintre, un écrivain...Noiret, c'est pour moi, l'anti Delon ou Bardot pour les femmes, il est de la famille de Bernard Blier, Gabin, de Belmondo, Serrault de la famille des vrais et grands acteurs...

il est comédien de tout son etre, depuis toujours et non pas un interpétre de hasard que l'on choisit pour sa correspondance à des critéres physiques, il était acteur aussi à la ville avec sa façon de jouer les lords anglais alors qu'il avait loupé 4 fois son bac et était un vrai saltimbanque...j'avais eu aussi la chance de l'entendre rire et parler tout à coté de moi, et cela il y a quelques années (peut etre plus de 5 ans) , dans une grande salle de cinéma parisienne...je ne me souviens plus du film, mais me souviens avoir entendu sa voix, puis son rire tout au long du film...il vivait le film, s'enthousiasmait, aimait etre dans cette salle, voir un film...j'étais certain que c'était lui, mais sans voir son visage, j'aurais pu etre accusé d'imaginer...alors quand la salle s'est éclairée à la fin...je le vis se lever passer à 50 cm de moi, il n'y avait plus de doute et sa femme Monique Chaumette était là aussi...il avait un sourire d'enfant...jai toujours aimé ces etres intelligents, à la vie bien remplie et qui garde ce don de s'émouvoir comme un gosse...il y a aussi dans sa carriére tout ce que j'aime, c'est à dire aussi bien des comédies qui pour les pseudos intellos sont futiles, des films engagés et provocateurs, des films historiques et autres...il a fait du Cinéma et non pas un certain cinéma, comme certains pros de la comédie ou pros des films d'auteur...un véritable comédien peut tout jouer et ne se limite pas dans un genre et un véritable amoureux du cinéma aime tous les styles de films à partir du moment qu'ils sont bien réalisés, et bien joués...

sa palette de comédien est énorme, il peut etre un flic ripou et d'Artagnan, un projectionniste Italien et Pablo Neruda, un mari vengeur et tueur de nazis et Romain Gary...dans le film de Boujenah, un de ses derniers roles, il était génial, comique et tendre, pathétique et séduisant...un acteur, un vrai...il était aussi sous son physique de grand costaud un peu ours, un vrai pudique...voilà, j'espére avoir vraiment parlé de Philippe Noiret pour la liste des actrices, des acteurs, des cineastes qui furent à ses cotés dans tel ou tel film il vous suffit de chercher sur le web...je garderais de lui le dernier Boujenah, le vieux fusil, Cinema paradiso,  la grande bouffe, les cotelettes, l'Africain, son role d'Alexandre le bienheureux...et ce petit moment que je lui ai volé au cinéma...Bon voyage Mr Noiret.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ivann 26/11/2006 20:11

un pilier oui comme tu dis Pascal..je ne pensais pas avoir tant d'émotion pour lui...ùmais en fait c'est notre cinéma comme Bebel, Rocefort, Marielle...

Pascal 26/11/2006 08:58

J'aimais beaucoup cet acteur, c'était pour moi un pilier du cinéma Français, un grand monsieur comme on dit.

ivann 24/11/2006 12:12

merci Fabien sympa ta visite...fcar jusque là c'est plutot Norah jones, ayo ou autres filles qui attirent des comms va savoir pourquoi...lol

Fabien 24/11/2006 11:24

Salut Ivann,
Très joli comme article.
Moi aussi , j'ai de la peine ce matin. J'adorais aussi ce personnage.
Merveilleux dans Le vieux fusil, il manquera comme un grand père manque à ces petits enfants.
Faben