Visite de la présidente du Chili en France...n'oublions pas les Mapuches !

Publié le par Ivannouissant

Michelle Bachelet est en visite en France depuis le 27 Mai, le 29 elle rencontre notre président puis se rend à Toulouse pour discuter gros contrats...

Malgré la crise mondiale, qui sert d'excuse pour expliquer l'impopularité de certains, elle affiche plus de 67 % de satisfaction dans son pays...

Mais ce qui est surtout intéressant dans la démocratie chilienne, c'est que Bachelet, populaire ou non, ne pourra pas se représenter aux élections présidentielles ( qui se dérouleront dans un an...)...

En effet, le Chili n'autorise qu'un seul mandat pour la fonction de président...la France doit s'en inspirer !

Point négatif pour cette première présidente chilienne (divorcée et fille d'un ancien opposant de Pinochet), c'est que si elle s'est attaquée à la misère (il reste à faire...mais le pays était mal en point...), elle n'a pas avancé sur le dossier "Mapuches"...ils sont toujours les parents pauvres du pays et les victimes de racisme et d'arrestations qui semblent trop souvent injustifiées...

Donc, si on doit rendre hommage à cette femme qui marquera (quoi que l'on en pense) l'Histoire du Chili, on ne doit pas oublier les indiens Mapuches...



"M. GUIDO CONJEROS MELIMAN, du Centre culturel de la nation mapuche, a dénoncé la violation des droits du peuple mapuche de la part de l'État chilien.  Contrairement à ce qui se dit, les Mapuches ne sont pas des terroristes mais des peuples attachés à la préservation de leur culture et de leur identité, a-t-il insisté.  Il a rappelé que les Traités signés entre l'Espagne et le Chili au moment de la décolonisation affirmaient le droit des Mapuches sur leurs terres.  Cela n'est plus respecté aujourd'hui, a-t-il dit, précisant qu'aucun droit ne leur était reconnu, pas même le droit à l'accès à l'eau sur leurs terres.  L'eau est pourtant un droit pour tous les êtres humains, a-t-il affirmé.  Il a estimé que la campagne menée actuellement par le Gouvernement pour les droits des peuples autochtones était paternaliste.  Les Mapuches ne sont pas prêts pour une seconde colonisation, a-t-il déclaré.  Il a demandé à l'Instance d'aider les Mapuches à obtenir leurs propres passeports." 


Source: http://www.un.org le 27 Mai 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article