Interview Yelena Noah (3/3)

Publié le par Ivannouissant

Yelena Noah

Ivannouissant : Peux tu nous dire deux choses essentielles que t'a enseignées ta mère...deux choses essentielles transmises par ton père...


Yelena Noah : Ma mère m’a appris  l’importance de rester humble et de donner aux autres. Mon père m’a donné  l’envie de me donner à 150% et de prendre ma propre vie en main et de ne pas me laisser aller pour me rendre compte à 50 ans de toutes les opportunités que j’ai laissé passer.  Il a toujours mis de l' importance sur ce dicton : la pire chose est de vivre sa vie dans le regret. Mes deux parents, chacun à leur manière  m’ont enseigné l’importance de faire ce que je fais a 150% et d’utiliser ce qui m’a été offert pour faire des choses positif dans le monde, que ce soit en aidant ceux qui sont dans le besoin ou des enfants défavorisés. Ils m’ont aussi appris à apprécier la simplicité.  A travers eux, et leurs vies, j’ai appris que la célébrité n’est qu’une fausse image, une fausse réalité, mais que cette image…si elle est utilisée intelligemment peut être  positive.



Souhaites tu chanter ou écrire des chansons (pour ton père ???)

Yelena Noah : J’adore la musique, c’est une de mes  passions et je pense que c’est un milieu que j’aimerais découvrir dans le future. J’écris souvent, mais jamais sous forme de chanson. Je ne sais pas pourquoi, mais je suis assez timide lorsque qu’il s’agit de chanter. Même si je chantonne à longueur de journée, dés qu’on me demande de chanter je refuse. Mais bon, peut-être que je réussirais à surmonter cette timidité un jour. Et en ce qui concerne chanter ou écrire des chansons pour mon père… je ne pense pas, mais bon qui sait?! Il ne faut jamais dire jamais n’est-ce pas?!



Qu'elle est la couleur qui correspond le mieux à ta vie actuelle ? Et pourquoi...?

Yelena Noah : Si je devrai choisir une couleur pour correspondre a ma vie… j’avoue qu’elle changerait fréquemment! En ce moment je dirai Le jaune: Le soleil, la lumière, l’espoir, la vie. Récemment, j’aurais sûrement choisi le gris…l’incertitude. Avec toutes les atrocités qui se passe dans le monde aujourd’hui, entre les cyclones et les tremblements de terre qui affectent des centaines de milliers de personnes,…la crise alimentaire qui touche des centaines de millions de personnes, les guerres civiles, le génocide… j’avoue que j’ai tendances a déprimer quand je vois les atrocités qui ce passe dans ce monde et surtout l’indifférence des gens envers ces problèmes. Mais ces jours-ci je préfère rester optimiste en sachant que pour tous ces problèmes il y a des solutions. Les solutions existent, mais leur application dépendent de nous et de notre capacité à agir ensemble et en tant qu’homme (ou citoyen du Monde). Par exemple, La crise alimentaire nous présente cette opportunité, d’agir ensemble pour éradiquer la faim dans ce monde, sans ça des centaines de millions s’ajouteront à ceux qui ont déjà du mal a survivre au jour le jour.


 
Pour toi, qui n'étais pas née lors de la victoire de Yannick Noah à Roland Garros que représente cette page de l'histoire du sport français?

Yelena Noah : Je pense que cette victoire était puissante car ce qu'elle représente est au delà du sport et du monde du tennis, et  qu'elle a  transcendé  la couleur de la peau. La majorité des gens ont pu voir mon père en tant que Français avant tout, dépassant le fait qu'il était un homme métis avec des dreadlocks (pas très conventionnels dans le monde du tennis dans les années quatre vingt!).  Après Arthur Ashe mon père était le seul homme de couleur à avoir gagné un Grand Chelem. Il a gagné Roland en 83…ce qui n'était pas si longtemps après le décolonisation de plusieurs pays africains colonisés par la France. Personnellement, en regardant en arrière, je trouve que cette victoire a représenté  un pas en avant pour la France, mais aussi une victoire pour l'Afrique.  Je pense que ce qui est beau est qu’avec cette victoire mon père a pu inspirer de milliers de jeunes. C'est fou, 20 ans plus tard, l’émotion qu’ont les gens quand ils me parlent de ce moment : quand mon père saute dans les bras de son père, mon grand père.
Je crois que ce moment les a touché, car c’était  un moment pure, un moment d'amour...Même moi, quand je revois ces images elles me donnent la chair de poule.



Ton frère est un basketteur de haut niveau, ton père a marqué le tennis mondial, ton grand père  a eu une belle carrière de footballeur. Toi, quel rapport as tu avec le sport?

Yelena Noah : C’est vrai qu’à chaque fois que je pense  à ces trois générations de champions, je trouve ça très fort.  Papa Tara doit être fier de ces Lions!! Le fils de mon frère sera peut-être champion de Golf!!! Personnellement j’adore le sport, je fais du basket, du tennis, du yoga, je cours au moins quatre fois par semaine…Mais pour moi cela reste un loisir et je fais  du sport pour des raisons de bien-être.  Je pense que je ne pourrai pas vivre sans, mais ce n’est pas du tout une passion pour moi. Je peux être compétitive, mais ça m’est égal si je gagne ou si je perds. Donc dans ce sens là je suis assez mal barrée! J’ai énormément de respect pour ce qu’ont accompli mon père et mon frère, et je suis tellement fière d’eux et de ce qu’ils représentent.

Commenter cet article