Interview de Céline Alléaume, Déléguée Nationale du Mouvement Démocrate (2/2)

Publié le par Ivannouissant

Ne pensez-vous pas qu'être Modem c'est être plus "réaliste" qu'un socialiste et plus "humaniste" qu'un sarkozyste ...???

 Je vais vous faire une confidence : je suis peu gourmande des « ismes » en tous genres tant ceux-ci me semblent éloignés des réalités humaines. Et je crois que l’on trouve au MoDem autant de raisons d’y avoir adhéré qu’il y a d’adhérents, tout simplement parce que l’acte d’adhésion à un parti politique est avant tout un acte individuel, résultant d’un parcours original.
En revanche, ce que je pense, c’est que le monde dans lequel nous vivons ne se prête plus, à l’échelle d’une nation mure comme la France, à des combats idéologiques artificiels. A l’instar des transformations économiques et sociétales qu’Internet est entrain d’amorcer, il me semble que notre société peut entrer dans de nouvelles logiques, plus collaboratives, plus solidaires et plus respectueuses aussi des sensibilités propres à chacun et chacune d’entre nous.
C’est pourquoi la marque de fabrique du MoDem, c’est avant tout la volonté de milliers de personnes aux sensibilités différentes de travailler ensemble vers un cap commun, dans une quête continue d’intérêt collectif.

Quel rapport avez-vous avec Internet ?

Internet est pour moi un canal d’accès au monde complémentaire de ma façon de vivre. Dans ma vie professionnelle, c’est au quotidien un de mes outils de travail : j’y suis en temps réel les cours des marchés pétroliers, gaziers et électriques, j’y lis la presse économique. Dans ma vie personnelle, j’utilise Internet pour mes impôts, préparer mes voyages, échanger avec mes amis.
Dans mon engagement militant, je lis plusieurs blogs régulièrement pour suivre le pouls de l’opinion et je tiens une fiche personnelle sur Facebook pour être facilement accessible auprès des adhérents du MoDem. Mais dans aucun de ces domaines, Internet ne saurait se substituer à la relation humaine et au contact direct ! Je reste une inconditionnelle des discours publics et des soirées bistrot entre amis.

Votre disque "culte" ? Un livre à nous conseiller ? Un site ou blog à nous faire connaître ?

Ah, ah, ah, ma formation littéraire étant classique, je vous répondrai par mes craquages du moment ! Côté disques, mes coups de cœur vont à Sébastien Tellier pour « Politics » et Bertrand Burgala pour « Portrait Robot ». J’ai dévoré le dernier prix Fémina « Baiser de cinéma » et je lis chaque matin le blog de Christophe Ginisty www.ginisty.com dont je salue le regard impertinent et la constance d’expression.

N'est-il pas choquant qu'il n'y ai pas eu de "manifestations monstres" contre l'étrange Ministère de l'immigration...???

Ce qui est important, c’est que ce Ministère disparaisse tout comme l’abus de pouvoir instauré par le Président actuel et que le peuple de France trouve sa pleine et entière souveraineté dans le dessin de son avenir.

Que vous apporte la politique ?

Une meilleure compréhension d’où va notre monde et le pouvoir agir. Le bonheur que l’on goûte parfois dans toute aventure humaine.


Qu'elle idée politique défendriez-vous contre vents et marées ?

Si l’on s’en tient au niveau des idées, celle qui me fait lever chaque matin est d’abord et avant tout la lutte contre les déterminismes sociaux.
J’aime le mouvement, que chacun puisse se voir donner une chance d’où qu’il vienne et surtout que chacun puisse aller là où il aspire même si on ne l’y attend par forcément. Si on applique cette idée à un champ de politique publique en particulier, mes principaux engagements passés ont été largement tournés vers les fractures territoriales qui traversent notre pays, avec une attention particulière portée à l’état de nos territoires ruraux, longtemps écartés du débat public, pour certains d’entre eux en profonde souffrance, et qui offrent pourtant potentiellement un grand nombre de réponses aux défis du développement durable.
Je m’intéresse de plus en plus aux questions d’éducation pour lesquelles François Bayrou a largement contribué à éveiller ma conscience. J’ai également un projet sur la place des petites et moyennes entreprises dans notre économie. Je serai heureuse de vous en reparler dans les prochains mois !

La page Facebook de Céline Alléaume : Ici

Commenter cet article