Sacha Guitry

Publié le par Ivannoui

Sacha Guitry est mort, il y a 50 ans…longtemps connu que pour ses mots d’esprits, son allure de dandy et une voix reconnaissable entre toutes, on a oublié qu’il fut un génie précoce (première pièce à 17 ans et premier triomphe à 20 ans !), que le tout Paris était à ses pieds, que ses films furent admirés par François Truffaut ou Orson welles, qu’il était capable de réaliser des super productions et des films plus intimistes, que son ironie et son cynisme cachent une connaissance hors norme de la nature humaine et une lucidité parfois « effrayante »… et qu'il est un des plus grand auteur de Théâtre que la France ai connu.

J’aime Guitry depuis mon adolescence, car son insoumission, son élégance dans la provocation, son mépris de la médiocrité, son humour grinçant, sa plume précise et intelligente le rendent moderne et font de lui un éternel révolutionnaire…sa férocité cache une tendresse infinie pour nos petites faiblesses, et sa soi-disant misogynie est en fait une déclaration d’amour aux femmes qu’il considérait supérieures aux hommes et cela dans le bien comme dans le mal…

Guitry par la finesse de ses traits d’esprits et son humour, nous donne l’impression qu’en l’écoutant ou en le lisant  on devient plus intelligent tout en s’amusant…
Guitry, c’est 32 films, 124 pièces


Quelques citations:

“Lorsque je dis à une femme qu'elle est une des dix plus jolies personnes de Paris, elle a l'air aussitôt de chercher les neuf autres pour les gifler.”

“... il y a des histoires qui sont trop jolies pour être racontées...”


“La plus grande des solitudes, c'est de se trouver en face d'une personne qui ne pense pas la même chose que vous.”

“N'est pas cocu qui veut.-Et nous ne devons épouser que de très jolies femmes si nous voulons qu'un jour on nous en délivre.”

“... s'il est défendu aux prêtres d'avoir des femmes, aucun canon n'interdit aux femmes l'usage des prêtres.”

“Abstenez-vous de raconter à votre femme les infamies que vous ont faites celles qui l'ont précédée. Ce n'est pas la peine de lui donner des idées.”

A voir : « le roman d’un tricheur », « Faisons un rêve", "Désiré", "Quadrille", "Ils étaient neuf célibataires", "Le diable boiteux", "Toâ" ,  « La Poison »

Commenter cet article

ivannoui 14/08/2007 14:04

EN TOUT cas suis heureux que Guitry plaise encore, car pour moi c un des plus grands artistes français

Jean Louis 14/08/2007 10:34

Oui. J'ai lu la plupart des pièces de Sacha Guitry et de ses autres écrits, il me semble bien que la "mère" en soit quasiment absente contrairement au "père" .

ivannoui 13/08/2007 21:13

votre analyse est interessante...il est vrai, que fait rarecà l'époque, la mére de Guitry fut " évincé" par le pére...pére qui fut un exemple et un grand séducteur , ce qui peut expliquer aussi beaucoup de chose comme la supposée infertilité de Guitry (dc qui est resté un fils et qui plus qu'un autre peut etre devait tuer le pére), de plus on pzrle aussi d'impuissance mais je n'en sais pas plus

Jean Louis 13/08/2007 19:38

On connaît la théorie freudienne qui veut que le père soit celui qui possède la mère (voir aussi "Totem et tabou" sur les origines de ce schéma) avec les conséquences qui s'ensuivent. Peut-être Sacha Guitry incarne-t-il le meurtre symbolique de la mère qui fait que sa possession n'a plus de valeur. Du même coup, le père tombe de son piedestal. 

ivannoui 25/07/2007 11:07

oui celle là est grandiose mais il y en des milliers ai réduit car ne voulait pas faire ds le style dico,